Entreprendre en liberté, égalité et fraternité

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp
entreprendre en liberté, égalité et fraternité
En tant qu'entrepreneur, suis-je libre dans mes choix de communication ? Comment obtenir les meilleures chances de réussites lorsque des algorithmes décident de ma visibilité ou non ? Enfin, la fraternité entre concurrence et clientèle est-elle une utopie ?

Dans cet article

« Liberté, égalité, fraternité » ! Ce mois de juillet avec son jour de fête nationale le 14 juillet, est le mois idéal pour me poser des questions sur mes droits en tant qu’entrepreneur en ce qui concerne ma communication visuelle. Y-a-t-il des règles, des devoirs incontournables pour réussir et vivre de mon activité ? Dois-je impérativement suivre les consignes que je lis tout azimut sur le net ? Quel est mon espace de liberté ? Ma communication est-elle traitée impartialement, en tout égalité, face aux « gros » du marché ? Enfin, puis-je agir en toute fraternité avec mes clients et mes concurrents ?

Liberté de choisir mes cannaux de communication

Je suis libre de choisir mes meilleurs clients

Je suis libre de choisir mes clients. J’entends trop souvent de la pars de « jeunes » entrepreneurs (nouveaux dans l’entrepreneuriat) que puisque qu’ils débutent, leur cible en est forcément plus large. En fait, ils veulent attirer un public assez général afin, croient-il, avoir plus de chance de séduire quelques clients.

Je ne partage pas cette vision que je trouve restrictive, limitante et surtout nuisible sur le long terme. Bien au contraire, définir précisément sa cible idéale, connaître le profil type de son client parfait est capital pour la réussite de son projet. Aussi, on imagine bien que plaire à tout le monde est juste impossible et ce n’est pas le but. A quoi sert d’avoir 10000 visites sur soin site internet si pas une est convertie faute d’attirer les bonnes personnes ? Mieux vaut s’adresser à un panel plus restreint et augmenter son taux de conversion non ? De plus, il est important de mettre son énergie auprès des « bons » prospects. J’entends par là qu’il est plus facile, efficace et rentable de prospecter auprès de personnes vraiment susceptibles d’être intéressées par son produit. Mon offre est positionnée sur un marché précis que je choisis : je mets mes efforts sur les internautes avec lesquels j’ai envi de signer.

Libre de choisir mes supports de communication print et web

Ma gestion des réseaux sociaux est totalement libre

J’entends souvent et je lis systématiquement : il faut être sur les réseaux et publier régulièrement. 2 affirmations qui me semblent bien trop sclérosantes. En tant que chef d’entreprise, nous savons que la communication est cruciale pour l’expansion de notre activité et que le digital est incontournable. Mais il n’y a pas d’obligation et encore moins de règles d’or pour réussir sa communication sur le web.

Libre de choisir le ou les réseaux où je souhaite communiquer ?

Je suis libre de choisir où apparaître ! Bien sûr, ma cible a ses habitudes et il est indispensable de les connaître. Je n’irais probablement pas sur LinkedIn si mes clients potentiels sont uniquement des jeunes adolescents et que je propose du loisir. Je choisirais alors sûrement tik tok, ou snapchat par exemple. Néanmoins, je pourrais aussi vouloir séduire les parents et communiquer sur Facebook ou les professeurs et employeurs potentiels et les retrouver sur LinkedIn. Si mon activité traite essentiellement d’actualité, Twitter me semblerait être le meilleur choix. Néanmoins, je pourrais aussi décider de communiquer essentiellement par email et donc à travers une newsletter hebdomadaire pour décrypter l’actualité ou le thème du moment, ou bien encore tenir un blog d’information accessible à tous (pas seulement à ceux qui ont un compte Twitter) afin de brasser plus d’audience.

Dans tous les cas, pas question d’investir dans tous les réseaux car c’est la meilleure façon de me noyer, ma communication avec.

Entre autre, la question à me poser lorsque je détermine mon ou mes canaux de communication est « comment ai-je envie de communiquer ? Où suis-je plus à l’aise par rapport à ma sensibilité, mon expérience et mes habitudes ? » En effet, s’obliger à une présence sur un réseau et ne pas s’y sentir à son aise risque de nous être plus préjudiciable que bénéfique. Et loin d’être soutenable sur le moyen et long terme.

Libre d’adopter un rythme de publication qui me convient ?

Je suis libre également de choisir mon rythme de communication. Et non, il n’y a pas d’obligation à être régulier. Plus je me contrains dans un rythme de publication qui ne me convient pas, plus je risque de mal faire. Cela va me desservir plus que me rendre service. Effectivement, la consigne générale veut m’imposer de poster 2 à 3 fois par semaine sur FB ou sur Instagram par exemple ! Parce que les algorithmes aiment cette fréquence ! Ok, mais si ce rythme n’est pas soutenable pour moi, pourquoi m’engager dans un processus qui me frustrera et me stressera plus qu’autre chose ? Mon activité est ma passion (c’est vrai pour la plupart d’entre nous) et je suis bien peu convaincue dans le fait que la communication devienne une obligation, une tension, ou une directive limitante. De même pour la régularité. Des périodes seront propices à la communication : si mon activité est saisonnière en particulier mais pas que. Je peux faire face à un surcroît d’activité et délaisser ma communication sur le net afin de répondre à la demande. Mon énergie et ma situation personnelle peuvent également me rendre difficile, à un moment, de communiquer régulièrement sur les réseaux : alors non, je ne me mets pas en souffrance plus que nécessaire, et je m’octroie le droit de mettre en stand by ou du moins limiter ma présence sur les réseaux sociaux.

Les algorithmes sont des robots et sont programmés au service d’industries qui ne prennent pas en compte la dimension humaine. Sentons donc nous libre de rester humains et de gérer au mieux et comme nous le souhaitons notre communication. Sans adopter des dogmes qui nous cloisonnent et ne respectent pas nos propre rythme.

Egalité quelque soit mon statut et mon chiffre d’affaire

Les algorithmes jaugent notre présence sur internet ? Postez régulièrement sinon vos posts n’apparaîtront plus à vos abonnés nous dit FB ? Booster vos publications (comprendre payez de la pub) sinon seuls 2% de vos followers verront vos posts nous dit Insta ? Lancez des campagnes publicitaires sinon votre site n’apparaîtra pas dans les résultats de recherche nous dit Google ?
Donc, si je ne mets pas la main au porte monnaie, je suis sanctionné(e) ! Si je ne rentre pas dans les rouages imposés par les réseaux je suis puni(e) ?
Et si je les contournais, ces règles discriminatoires ?

Les supports de communication off-line sont efficaces

Dans un premier temps, rappelons-nous que tout ne se passe pas sur le web ! Il y a une vie en dehors d’internet. Je dis cela non sans détachement : En effet, mon business en tant que web designer, repose principalement sur le virtuel. Mais mes clients potentiels sont bien de chaire et d’os et non pas des algorithmes !
Pour prospecter en dehors de la toile et court-circuiter les algorithmes, pensons à la communication papier. Effectivement, malgré certaines croyances, le print fonctionne toujours très bien : Comme toute communication, pour être efficace, le support doit être authentique, s’adresser aux bonnes personnes et être au bon endroit:

Je suis un Restaurant de quartier ? Des flyers dans les boites aux lettres de mon quartier et chez les commerçants du coin sont une excellente stratégie pour me faire connaître. N’oublions pas que si sur la toile, nous nous retrouvons vite oubliés ou hors de la vision de nos prospects, un papier chez un client potentiel ne sera pas caché par les robots d’internet comme ils le font avec nos posts. Je suis artisan ou commerçant ? Je pense à la publicité dans mon cinéma de quartier et sur la radio locale. Une fausse croyance sur le coût de telles publicités circule largement, demandez et vous serez peut-être surpris. Je suis prestataire de services ? Et si je rédigeais une annonce dans le quotidien de ma région ou que je contactais une chaîne de télévision régionale pour un reportage ?

De nombreux moyens de communication existent, hors internet, et peuvent s’avérer tout aussi efficaces et bien plus rentables.

Sur la toile, les supports de communication digitaux sont multiples

L’égalité est mise à mal sur le web par les algorithmes mais nous pouvons la défendre !

Facebook ne distribue pas mes posts ? Je peux envoyer des newsletters pour communiquer auprès de mes clients et prospects. Google rend mon référencement naturel de plus en plus compliqué ? Je me référence sur le terrain avant tout avec des supports de communication papier. Mon activité est essentiellement locale ? Google propose l’excellent « Google My Business » qui me permet d’apparaître sur le carte lors de recherches et ce, gratuitement pour le moment : j’en profite ! Mon activité est internationale ou ma zone de chalandise va bien au delà de ma région ? La communication sur internet est indispensable ? Alors je joue le jeu sur un média (réseaux) et j’y vais à fond en délaissant les autres.

A retenir : Il vaut mieux être le « meilleur » sur un des canaux de communication (web et print) que s’éparpiller sur plusieurs et d’en diluer les résultats.

Le constat est clair : L’égalité n’est pas la règle d’or sur le marché mais un challenger avec une communication intelligente et surtout adaptée à ses besoins, peut trouver sa place parmi sur son marché.

Pensons avant tout à bien définir nos besoins et nos objectifs pour atteindre le CA qui nous permettra d’avoir une situation équilibrée et satisfaisante selon nos propres critères. On nous pousse à toujours vouloir plus, à toujours faire plus de CA que l’année précédente. Mais cet engrenage est-il vraiment ce que nous voulons ? Personnellement , je ne suis pas prête à tout pour augmenter mon CA. Renoncer à ma vie familiale ? à ma santé ? Me déconnecter de la vie sociale pour l’avis du web ? Certainement pas. Faire des concessions, pourquoi pas, mais je décide sur quoi, combien de temps et à quel prix.

Fraternité avec mes clients comme avec mes concurrents

Mes concurrents, des partenaires en puissance

Le partage de connaissance est-il possible entre confrères ?

La concurrence est à observer, scruter, surveiller … ? Vraiment ? Rien que cela ? Et si nous allions à la rencontre de nos confrères ? Sans naïveté aucune, le partage de connaissances, d’astuces, de méthodes, d’idées est toujours positif. La connaissance, cela a de magique, que si partagée, elle se multiplie : 1 savoir + 1 savoir = 3 savoirs ! La notion d’émulation est aussi important : à partager et échanger donne des idées nouvelles que nous n’aurions pas en restant chacun de notre côté.

De même, les difficultés et problèmes rencontrés sont plus faciles à surmonter lorsqu’on en parle : effectivement, soit la solution a déjà été expérimentée auparavant par l’un de nos confrères, soit elle nous apparaît en échangeant sur nos retours expériences et nos idées respectives.

Les uns contre les autres pour une place au soleil ? Où échanger pour le meilleur ?

« Il n’y a pas de place pour tout le monde ! « , »Le marché est saturé ! » Comme j’ai pu les entendre à maintes reprises ces phrases faciles et isolantes autant qu’anxiogènes. Bien sûr que chacun peut exprimer son talent, et trouver sa place au travers de son activité qui lui tient à coeur. La vie est adaptation sur un terrain en mouvement constant.

190 000 web designers en France, mais je suis unique : avec ma sensibilité, mon approche, ma vision. Et mes clients le sont aussi, uniques ! On trouve forcément chaussures à son pied si nous restons authentiques et cohérents avec nous même. Je suis toujours restée fidèle à mes valeurs et authentique : Jusqu’ici, j’ai l’honneur de travailler avec des personnes de coeur, porteuses de super projets qui m’enrichissent chaque fois.

La concurrence a forcément une sensibilité différente, et jamais totalement identique. Il en va de même quelque soit notre coeur de métier : restaurateur, commerçant, coachs, artisans , … Pas un souffleur de verre est identique ! Imaginez si des souffleurs de verre communiquent ensemble et échangent leurs techniques et savoir-faire : Cela enrichi forcément leurs compétences, leur processus de création, et engendre des merveilles qui n’auraient pas vues le jour en s’isolant …

J’avoue que pour ma pars, en tant que web designer et graphiste, je n’ai pas encore trouvée cette émulation entre confrères dont je parle ici. Mais l’appel est lancé 😉

Un budget fixe pour une prestation modulable ?

Je me suis toujours posée la question de la TVA pareil pour tous : est-ce juste ? Est-ce correcte d’imposer un impôt égal quelque soit la situation de la personne ? De même pour les prix fixes. Mais pas question de baisser ses prix, sûrement pas : Ils sont justes et restons cohérents !

Et si mon offre s’ajustait à la situation de chacun à un instant T ? Difficile à mettre en place, mais pas impossible. Cela pour dire que notre règle, s’il devait y en voir une serait, à mon humble avis, de nous adapter à chaque client. Dans la mesure du possible bien sûr. Il m’est arrivé de refuser un projet car la personne n’avait vraiment pas les moyens financiers à la hauteur de la prestation qu’elle demandait . Alors, je conseille de s’orienter vers des prestataires de services qui répondront mieux au cahier des charges. Et évidemment, en toute connaissance de cause : Le résultat sera égal à la prestation engagée. Parce que oui, le résultat varie aussi en fonction du prix.

Une prestation peut être de qualité même avec un budget serré. Souvent, lorsque je sens que le budget d’une personne est trop juste mais que son projet m’intéresse, nous trouvons une solution :

  • Offrir une remise exceptionnelle
  • Avancer par étapes plutôt que tout en bloc,
  • Revoir le cahier des charges et les priorités absolues.

Donc, ici, je ne dis pas qu’il faut faire les prix en fonction du client, loin de là. Mais s’adapter face au budget de chacun est possible.

Et le troc de services dans tout cela ?

Le troc de service est toujours gagnant gagnant. C’est un procédé que je trouve particulièrement intéressant. Effectivement, il permet parfois de travailler avec une personne dont le projet me tient à coeur, ou encore dont les compétences sont utiles pour moi. Alors pourquoi passer à côté d’un échange de services ? Travaillons avec nos cœurs et nous trouverons un nouveau sens fraternel à nos projets.

Mon activité ne se résume pas à un chiffre d’affaire à atteindre pour payer des factures et assurer le matériel ou mon niveau de vie. Mon activité me permet de faire les plus belles rencontres, de participer à des histoires de réussite, de partager en humanité, solidarité et fraternité.

Enfin, gardons bien à l’esprit qu’un service rendu n’est jamais perdu ! L’avenir nous réserve bien des surprises : soutenir, aider, échanger avec une personne aujourd’hui, pourra nous être d’un grand secours demain !

Conclusion sur la liberté, l’égalité et la fraternité en tant qu’entrepreneur.

Liberté, Egalité, Fraternité sont bien nos maîtres mots, nos mots clefs diront certains 😉
pour une activité pérenne, durable et humaine, pour le meilleur et pour notre santé, gardons toujours ces merveilleuses notions de Liberté, d’égalité et de fraternité comme règles d’or dans chacun de nos choix !

Cela est valable pour toutes les situations de la vie, et bien au delà.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

picto logo ID

Formulaire de contact